Le décret anti-immigration de Trump : une solution au terrorisme ou un bouleversement des relations Étatiques ?

Publié le par Luc Kouade

Le décret anti-immigration de Trump : une solution au terrorisme ou un bouleversement des relations Étatiques ?

Au lendemain de sa prise de fonction à la maison blanche, le président américain Donald Trump déploie l’avalanche sur le climat politique américain. A cet effet le 27 Janvier 2017 a vu la signature d’un décret intitulé : « Protéger la nation contre l’entrée de terroristes étrangers aux États-Unis »

Ce texte prévoit la suspension, pendant quatre mois, du programme américain d’admission des réfugiés et le gel pendant trois mois de l’entrée de ressortissants en provenance de sept pays musulmans notamment l’Irak, l’Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et le Yémen. Les syriens, eux sont exceptionnellement privés d’entrer sur le territoire américain jusqu’à nouvel ordre. En toute évidence, cette décision n’a pas croisé le consentement des dirigeants des pays concernés, qui ont démontré leur mécontentement. Le chef d’Etat iranien quant à lui s’est très vite prononcé en faveur d’une mesure de réciprocité qui ferait la pareille aux ressortissants américains en Iran. Ce qui sans aucun doute porterait un coup de frein aux relations irano-américaine et partant aux relations Etats-Unis-moyen orient.

Cependant, cette mesure anti immigration ne serait-elle pas avisée aux vues des proportions sans cesse croissante du terrorisme interne aux Etats-Unis ? De 2015 à 2016, les actes terroristes perpétrés aux Etats-Unis ont été pour une grande part le fait de ressortissants des pays concernés, jouissant cependant de la nationalité américaine.

Nous disons sans aucun esprit de partie que l’hospitalité américaine à l’endroit des Etats musulmans est l’une des multiples raisons des actes terroristes qui ont secoués le pays ces dernières années. En contrepartie l’interruption soudaine et déconcertée des relations migratoires entres les Etats-Unis et sept(07) pays musulmans ne saurait se faire sans prédispositions. Si donc le président Trump est en faveur d’une rupture temporaire entre son pays et les Etats cités plus haut, il devrait consentir aussi à une suspension temporaire des activités des filiales américaines qui y exploitent le gaz, le pétrole et les autres ressources minières. Sans quoi, l’application dudit décret ne saurait voir le jour.

Nous voulons terminer nos propos en rappelant que nombre de terroristes sont musulmans mais que les musulmans dans leur totalité n’y consentent pas absolument. Et que les barrières que dressent Donald Trump entre sa nation et les  sept pays musulmans ne sont aucunement la solution au terrorisme mais n’en demeure pas moins des résolutions adéquates le temps de découdre promptement des menaces présentes.

Publié dans Actualités

Commenter cet article